La jeune Julie a perdu ses parents dans un accident de voiture il y a un an. Elle déménage et rencontre de nouvelles personnes, discute, erre sur les terrains de sport, visite un parc d’attractions… À travers ses déambulations sous le soleil de l’été 1996, elle grandira, changera, s’ouvrira. Produit de manière totalement indépendante, le premier long métrage de Alexandre Lavigne est entièrement composé d’images vidéo au grain caractéristique, qui travaillent les codes et la nostalgie des années 1990. L’effet de proximité est troublant et offre un accès privilégié, presque secret, à une intimité précieuse et une époque révolue.


A year ago, Julie’s parents died in a car crash. She moves and meets new people, argues, plays sports, goes to an amusement park… As she wanders through the sunny summer of 1996, she grows, changes and blossoms. This fully independent film is Alexandre Lavigne’s first feature. It is made entirely from grainy video footage, steeped in a nostalgic 1990s aesthetic. There is a disconcerting intimacy here, with privileged, almost secret, access to deeply private thoughts and a bygone time.